Projets-phares
Grandparisexpress

Le Grand Paris Express, locomotive du BIM dans les transports
 Assystem

© Assystem
Futur métro digital et connecté, le Grand Paris Express fera référence et devrait contribuer à une plus ample diffusion du BIM dans le secteur des transports.

« C’est le plus grand projet urbain en Europe » annonce le site du projet de Grand Paris Express. Avec ses 200 km de lignes nouvelles, entièrement automatisées, ce nouveau métro doublera l’offre de transport métropolitain existante. S’il sera aisé de rejoindre le coeur de la capitale à partir de la périphérie, il ne sera plus nécessaire d’y passer pour aller d’un point à l’autre de l’Île-de-France. Cette nouvelle donne en matière de mobilité se veut aussi un véritable projet de territoire, avec la création de nouveaux quartiers autour des 68 nouvelles gares.

Innover, grâce au BIM.

La Société du Grand Paris (SGP) a décidé de faire appel au BIM pour la réalisation d’un métro, digital et connecté, qui a vocation à faire référence en matière de solutions de mobilité. PROXEMYS – le groupement mené par Assystem en partenariat avec les sociétés Louis Berger et Antea Group – a été retenu pour assurer la mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage de proximité. Ses équipes accompagneront notamment la SGP dans le développement des différents outils numériques. « Le BIM a été jusqu’ici peu utilisé dans le secteur des transports. Nous allons apporter notre expertise aux différentes directions (une pour chacune des nouvelles lignes, en lien avec les directions spécialisées) et accompagner les équipes de la SGP par des modules de formation sur mesure, afin qu’elles deviennent autonomes » explique Claude Laborie, directeur de la mission Proxemys chez Assystem. « Le BIM ne se résume pas à une maquette 3D, c’est surtout une maquette enrichie qui embarque des données structurées. Ce sont aussi des méthodes de travail collaboratif qui vont permettre à chaque intervenant d’intégrer les différents éléments techniques sur lesquels il travaille ainsi que ceux nécessaires aux autres partenaires » complète Noé Caldas, BIM Manager chez Assystem. Pour ce faire, la SGP a défini un guide BIM dans lequel il est décrit comment chaque objet sera référencé pour obtenir une même définition dans les différentes maquettes. « C’est essentiel pour la phase de conception, cela le sera tout autant pour les phases d’exploitation et de maintenance des différents ouvrages. Il suffira d’une tablette pour accéder aux données et obtenir les informations nécessaires aux interventions à réaliser » insiste Claude Laborie. L’objectif de la SGP est de réaliser une maquette numérique renseignée, mise à jour et accessible, afin d’améliorer la connaissance des ouvrages et de créer un gisement de gains pour les propriétaires, exploitants et occupants pendant toute la durée de vie du Grand Paris Express.

Un projet mieux compris et accepté.

Le choix de Paris pour accueillir les Jeux Olympiques en 2024 ajoute une pression supplémentaire sur les acteurs du projet. « Le BIM contribue à une meilleure gestion de synthèse des différents corps d’état. Il va permettre de détecter en amont les anomalies avec une meilleure gestion des coûts et des délais car cela signifie moins de problèmes à traiter en phase de chantier » explique Noé Caldas. Mieux perçu dans sa globalité, le projet et ses différents chantiers, pas moins de 250 en comptant les ouvrages techniques, pourra aussi être mieux compris et accepté des riverains.