Projets-phares
Les écosystèmes marins

Innover pour restaurer les écosystèmes marins dégradés
 Seaboost

© Seaboost
En s’inspirant du biomimétisme, cet ingénieur agronome cherche avec Seaboost, start-up créée en interne par Egis, à proposer des innovations pour mieux intégrer les ouvrages maritimes dans l’écosystème naturel.

Imaginez un récif artificiel qui imite un écosystème rocheux naturel pour offrir un habitat idéal à toutes sortes d’espèces : mollusques, poissons, coraux, crustacés, algues… Ce n’est plus de la fiction, mais une réalité grâce à Seaboost. Cette société d’Egis, en partenariat avec la PME XtreeE, a conçu et fabriqué grâce à une technologie d’impression 3D béton, un récif qui reproduit les anfractuosités complexes d’un fond caractéristique de la Méditerranée. Immergé dans le parc national des calanques à Marseille, ce récif illustre le potentiel du biomimétisme pour restaurer avec fidélité les espaces naturels dégradés. C’est la voie qu’explore la petite équipe de Seaboost, dirigée par Martin Perrot. Amateur de plongées en apnée et de chasse sous-marine, cet ingénieur agronome de 31 ans s’est toujours senti comme un poisson dans l’eau dans l’écosystème sous-marin. Cet univers est aussi devenu celui où il peut, aujourd’hui, mettre à profit son expertise dans l’ingénierie environnementale, une voie choisie par conviction. « Je voulais m’orienter vers les métiers de l’eau, m’intéresser aux systèmes côtiers et maritimes, à la zootechnie et à l’ingénierie aquacoles, d’où le choix du cursus de formation AgroParisTech ». A la tête de Seaboost, il cherche de nouvelles pistes pour repenser les ouvrages maritimes et faire en sorte qu’ils soient mieux intégrés dans l’écosystème marin. « Nous avons mis au point un herbier artificiel qui tapisse les murs des quais dans les ports. Cela recrée un habitat pour la faune et la flore. Le premier a été installé sur le port de Marseille » précise Martin, pour qui « un peu de technologie et beaucoup d’astuce ouvrent la voie à de nouvelles solutions ».