Projets-phares
Beauxartsdijon

Une seconde jeunesse pour le musée des beaux-arts de Dijon
 Igrec Ingénierie

© Architecte ATELIERS LION
Des années d’études et dix ans de travaux permettent de proposer de nouveaux parcours muséographiques.

Écrin du musée, le Palais des Ducs et des États de Bourgogne, classé monument historique, présente une architecture exceptionnelle, composée d’éléments de différentes époques, du XIVe au XIXe siècle. Situé au cœur de la vieille ville, le musée exerce une forte attractivité, il n’était donc pas question de le fermer aux visiteurs d’où un cadencement des travaux en deux principales tranches. Le projet, pour lequel Igrec Ingenierie assure plusieurs missions (bureau d’études, économiste, direction des travaux, CSSI), vise à mettre en harmonie les trois parcours muséographiques avec les corps de bâtiments disposés autour de la Tour de Bar : l’âge d’or, l’âge des lumières et l’âge moderne. Il s’agit de fluidifier les parcours, de réorganiser les circulations verticales pour offrir également les conditions d’accessibilité pour les PMR, mais aussi d’aménager de nouvelles surfaces d’exposition pour présenter des œuvres plus nombreuses et de créer de nouveaux espaces d’accueil, comme un café lumineux et convivial sous la galerie de Bellegarde.

Sur un tel chantier, soumis à de multiples contraintes, comme l‘intervention des services archéologiques pour vérifier les terrassements, la coopération avec l’architecte, ici Ateliers Lion, et la coordination avec l’ACMH (Eric Pallot) s’organisent au quotidien. « La difficulté tient à la découverte de l’existant avec des imprévus auxquels il faut s’adapter » explique Françoise Guillois, chef de projet. Le traitement de l’enveloppe (isolation, vitrage) des bâtiments fait partie des points sensibles. Il faut limiter l’invasion des procédés de climatisation, s’adapter au vécu du bâtiment, prendre en compte l’impossibilité parfois d’installer des doubles vitrages en raison de châssis que l’on ne peut pas modifier. À chaque salle, ses conditions climatiques pour respecter les œuvres d’art qui y sont exposées.