Projets-phares
Bandanemark

BaneDanmark, pionnier dans la modernisation du réseau ferroviaire
 Parsons

© Parsons
L’exploitant ferroviaire danois s’est engagé dans le renouvellement complet de son système de signalisation. Un enjeu technologique, écologique et humain, avec pour objectif le doublement du nombre de passagers à l’horizon 2030, grâce à une meilleure qualité de service.

C’est une première en Europe. Le Danemark s’est engagé depuis 2009 dans un programme visant à moderniser tout le système de signalisation de son réseau ferroviaire, soit 3 240 km de voies. Un chantier sans précédent, qui devrait être achevé à l’horizon 2023 et pour lequel l’Etat investira 2,5 milliards d’euros. Vieillissants, les équipements de Banedanmark entraînent de multiples pannes et retards, régulièrement dénoncés par les voyageurs. Le nouveau système, au standard ERTMS 2 (European Rail Traffic Management System), vise un double objectif : une meilleure qualité de service et une optimisation des coûts d’exploitation. Il devrait permettre de réduire de façon significative les retards en gérant plus efficacement la circulation et la vitesse des trains, tout en apportant davantage de sécurité dans le fonctionnement au quotidien.

Prendre en compte les aspects organisationnels et humains.

L’ingénierie est au rendez-vous et c’est au groupe Parsons que l’opérateur danois a confié la mission de l’accompagner dans la migration vers les nouveaux systèmes de signalisation, plus performants et interopérables entre réseaux urbains et grandes lignes. L’enjeu est de taille pour Banedanmark qui ambitionne de doubler le nombre des passagers transportés à l’horizon 2030. Le nouveau système devrait en effet permettre de gérer plus efficacement les correspondances et de proposer un cadencement plus serré des trains, tout en fournissant aux usagers une information en temps réel sur le trafic. « Le principal défi technique dans ce projet tient à l’intégration entre les différentes parties du dispositif avec des équipements au sol (de type commandes d’aiguillages) et ceux installés à bord des trains (comme les systèmes embarqués) venant d’industriels différents » explique Sarah Bkouche, project Office Manager chez Parsons. Substituer un nouveau système de signalisation à l’ancien ne se limite pas à un renouvellement des équipements, il implique aussi de nouvelles façons de travailler et donc une nécessaire appropriation des outils par les équipes de l’exploitant ferroviaire. Adaptation des postes de travail, programmes de formation destinés en particulier aux conducteurs, construction de nouveaux locaux pour les postes de pilotage en raison de systèmes beaucoup plus centralisés… les aspects organisationnels et humains doivent également être pris en compte. Ce déploiement est suivi de près en Europe où l’ampleur du chantier lancé par l’opérateur ferroviaire danois reste unique à ce jour.